Quand le plus célèbre chasseur de fantômes se fait prendre la main dans le sac !

L'affaire GussDx 

Auteur : Michel Leurquin

Le nom de GussDx est vraisemblablement inconnu de la plupart d'entre-nous.  Pourtant, c'est une célébrité sur le web. GussDx (le  pseudonyme utilisé par un Français, Guillaume D.) est en effet un youtubeur très célèbre sur la toile. Un youtubeur est un individu postant des vidéos sur le site de partage de vidéos Youtube. N'importe qui peut ainsi créer une chaine où il peut poster de nombreuses vidéos sur des thèmes bien précis. Les internautes peuvent s'abonner à la chaine et visionner ainsi les montages audio-visuels. Le nombre d'abonnés à une chaine peut ainsi s'élever très vite. Un phénomène qui n'échappe pas aux publicitaires qui se sont emparés de l'aubaine et pour qui le web est le nouvel eldorado.  C'est devenu une occupation à plein temps pour les meilleurs youtubeurs qui ne vivent pratiquement que par l'argent provenant des publicités.
GussDx, un énergique quadragénaire charmant au demeurant, se fit connaitre par des tutoriels du jeu Minecraft, un jeu vidéo en ligne très populaire malgré un graphisme assez démodé.
Mais c'est dans un autre domaine que l'homme va connaitre un succès foudroyant : celui du paranormal. Grâce à ses talents de vidéaste amateur, son bagout et son apparente sincérité, GussDx a investi un créneau peu développé jusque-là : il est devenu chasseur de fantômes. Son job est le suivant : il rentre seul dans un endroit d'apparence sinistre et abandonné qui, dit-on, serait hanté. L'homme se barde d'outils technologiques de pointe, se filme lui-même avec une go-pro (caméra légère portable). Deux ou trois caméras infrarouges sont posées à même le sol et filment en continu.  Il s'enferme seul durant toute la nuit dans un lieu prétendument hanté et sinistre et effectue également des enregistrements sonores. Le nec plus ultra de la technologie qu'il utilise reste la « spirit box », une étrange machine, qui selon un fabricant  est « un outil compact pour tenter une communication avec des entités paranormales ». Il s'agit en fait d'une simple radio AM/FM qui peut générer un "bruit blanc" quand elle balaye sans cesse  les fréquences. Ce serait un support pour que les entités se manifestent vocalement.  Dans la panoplie du chasseur de fantômes se trouve également un détecteur de champs électromagnétiques. Des machines vendues très chères sur des boutiques en ligne uniquement consacrées à cette chasse d'un genre très particulier. Les esprits, parait-il, émettent ce genre d'ondes.
Une fois muni de cet impressionnant appareillage, GussDx se lance dans une très surréaliste tentative de communication avec les « entités » qui en général se manifestent d'une façon ou d'une autre (bruits, paroles, coups dans les murs,…)
Une fois en boîte, les images et les sons sont publiés sur sa chaine Youtube dont le titre va de soi : "chasseur de fantômes". Une chaine qui atteindra le score respectable de 400 00 ? ?? abonnés. GussDx est unanimement considéré comme le meilleur d'entre tous les chasseurs de fantômes, un maitre à penser. Sa chaine YouTube lui permet de vivre et constitue son unique source de revenus. D'autant plus qu'il est parvenu à mettre en place un système micro-économique particulièrement efficace : ses abonnés peuvent voir ses vidéos quelques jours avant leur parution en ligne en allongeant la somme modique de deux euros. Une paille ? Pas quand on sait qu'ils furent des milliers à agir de la sorte à chaque nouvelle émission.
GussDx met en garde son public dès le départ : "Ni mes reportages, ni aucune autre vidéo ou enquêtes filmées consacrées au paranormal, ne peuvent être considérés comme des preuves ou des évidences.
Votre opinion et vos convictions sur la question doivent se forger grâce à votre vécu personnel, votre sensibilité, vos propres connaissances et vos propres croyances.
Dans « Chasseur de Fantômes », certaines des choses que vous allez voir pourront vous paraître invraisemblables ou fallacieuses et il est possible que vous remettiez en doute mon honnêteté et ma sincérité.
Si c'est le cas, c'est une réaction normale et je considère qu'il est sain de ne pas croire en ce que vous avez vu ou de ne pas vouloir y croire.
J'en prends mon parti.
Mon rôle n'est pas d'être un messager de la vérité, mon but n'est pas de convaincre, de révéler et encore moins de tromper.
Quelle que soit votre position sur la question du paranormal et quelque soit votre avis sur « Chasseur de Fantômes » ou ma personne et mes intentions, je souhaite et j'espère surtout que vous passerez un agréable moment en regardant cette émission. C'est là mon but premier ... "
Le plus célèbre des chasseurs de fantômes a ainsi réalisé une dizaine d'émissions en gardant chaque fois le même mode opératoire. Il sévira ainsi de nuit dans plusieurs endroits "hantés".
La chasse aux fantômes ou "entités" fut rude au début mais la qualité des émissions s'améliora au fil du temps. GussDx  a-t-il capté des choses vraiment intrigantes durant ses pérégrinations nocturnes? Pas de quoi fouetter un chat : des sensations de frissons ou d'oppression des odeurs, quelques bruits ou coups  inexpliqués (ce qui ne veut pas dire inexplicables), une brume. Quelques orbes aussi, des taches blanchâtres qui peuvent apparaître sur des films ou des photos, un phénomène optique de réflexion de la lumière sur une particule d'eau ou une poussière bien connu des professionnels de la photographie mais les "tenants" du paranormal y voient l'âme d'un défunt ou du moins quelque chose de surnaturel.
Le montage de l'émission est digne d'un professionnel surtout que notre chasseur qui travaille seul rajoute des fonds musicaux dignes des meilleurs films d'horreur. L'ambiance qui y règne fait flipper les personnes impressionnables surtout que GussDx en rajoute une couche en sujouant un rôle qu'il s'était lui-même donné.
Rien de bien tangible pour les sceptiques qui continuent à poser cette question sans jamais obtenir de réponses : Comment les esprits désincarnés, de purs esprits, seraient-ils capables de provoquer des phénomènes physiques (voix, bruits, pas, déplacements d'objets,…) ? Et pourquoi donc seuls les endroits abandonnés et souvent lugubres seraient hantés? Et puis les "spirit box" ont une fâcheuse tendance à capter les ondes AM/FM permettant au montage de garder quelques paroles pouvant être attribuées aux esprits. Mais il s'agit de toute évidence de bruits parasites, d'interférences ou de sons lointains parfaitement naturels  amenant à des paréidolies auditives.
Quant au détecteur d'ondes magnétiques, il  peut se déclencher par la simple présence d'un téléphone portable. Rien de paranormal de prime abord dans les reportages de Guss (et de ses congénères).
Rien de transcendant non plus pour les tenants du paranormal qui commenceront tout doucement à se lasser du manque de résultats spectaculaires. Ses abonnés souvent jeunes attendaient quelque chose d'hollywoodien, de sensationnel, du Poltergeist, de l'Amityville, du  Ghostbusters 2.0., de véritables fantômes! De la terreur à l'état brut!
Et GussDx poussé dans le dos s'est vu quelque part dans l'obligation de fournir ce qu'on lui demandait.
En 2016, GussDx décide de faire des recherches dans la Tour Moncade, dernier vestige d'un château-fort dont la construction débuta au XIIIème siècle à Orthez (France). La légende locale veut que l'endroit serait habité par deux entités dont une dame blanche, le fantôme de Blanche de Navarre qui est y morte en 1464. C'est dans ce bâtiment classé au patrimoine qu'il va passer une nuit en solitaire sans avoir reçu la moindre autorisation. Guss a l'habitude de travailler dans le noir complet.
Se trouvant à l'étage, Guss demande aux esprits de se manifester : il entend à ce moment-là un bruit énorme venant du rez-de-chaussée. Prenant son courage à deux mains, il descend les escaliers et constate qu'une boite métallique assez lourde déposée sur une table se trouve à présent sur le sol. Il reste par contre étrangement calme là où le plus blasé des sceptiques aurait pris ses jambes à son coup. Une réaction à vrai dire assez étrange et peu naturelle.
Notre chasseur sort du monument totalement persuadé que le lieu était hanté. Il s'empresse de rentrer chez lui, de réaliser un montage et de poster le tout sur le web. On y voit très clairement, (capté par une caméra infra-rouge)  cette boite bouger seule et tomber dans un bruit d'enfer alors qu'il n'y a personne dans la pièce.
Cette vidéo sera vue plus de 900 000 fois ! Les rationalistes, les zététiciens ou autres sceptiques n'avaient plus qu'à aller se coucher ! Cette fois-ci, la preuve de l'existence d'un phénomène paranormal était faite! Imparable.
C'était sans compter sur un internaute attentif qui se pencha sur cette vidéo et trouva que quelque chose "clochait" : la luminosité de la pièce où se trouvait la boite tout cela sans raison. Une analyse plus poussée de la vidéo démontrera que GussDx  s'est livré à un petit montage numérique certes assez ingénieux mais bien maladroit. L'explication était simple : le chasseur de fantômes avait accroché un fil en nylon à la boite avant de tirer dessus. Il bidouilla le tout par ordinateur lors du montage.
Son acte était donc prémédité et certainement pas le fruit d'un coup de tête.
Malgré l'évidence, GussDx commença par nier s'être livré à une supercherie.  Face à la fronde de ses sympathisants trahis, GussDx dut reconnaitre l'évidence : oui, il avait triché. C'était la première fois. La seule fois où il avait triché car il voulait montrer quelque chose d'exceptionnel. C'était promis, c'était juré. Il regrettait. Sincèrement.
Très ennuyé, il retirera la vidéo en question ainsi que celle où il passait aux aveux. Mais le mal était fait : il perdit en quelques jours des milliers d'abonnés qui ne lui pardonnèrent pas cette manipulation à vrai dire assez grossière. Bardaf ! Le gros mensonge de GussDx lui coûta sa crédibilité. Il existe même une pétition réclamant que GussDx  rembourse les personnes lésées par les émissions truquées en se basant sur  Article 313-1 du Code pénal :  L'escroquerie est le fait, soit par l'usage d'un faux nom ou d'une fausse qualité, soit par l'abus d'une qualité vraie, soit par l'emploi de manoeuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d'un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge. L'escroquerie est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d'amende. https://secure.avaaz.org/fr/petition/GussDX_Chasseur_de_fantomes_Remboursement_des_episodes_truques/?arTqqfb )
Les sceptiques qui depuis le début avaient mis en garde contre ce type d'émission jubilaient mais ils ne furent pas les seuls. Comble de l'ironie, d'autres chasseurs de fantômes ne cachèrent pas leur joie de voir disparaitre (temporairement?) le plus célèbre de leur principal concurrent.
Mais si GussDx avait triché à un moment,  avait-il triché tout le temps ? Le faisceau de présomption est assez important  Par exemple, l'épisode où GussDx "dialogue" via un détecteur de présence dans une forêt avec un petit garçon décédé il y a plus de cent ans semble être en effet un trucage grossier par montage.
La moralité de l'histoire : bien mal acquis ne profite jamais.
Une fois la tempête passée et le temps de se faire oublier un peu, GussDx s'est lancé dans un autre concept : quand des personnes pensent être confrontés à un phénomène de hantise, ils peuvent faire appel à Guss expert ès-fantômes autoproclamé qui en fera une émission portant cette fois le titre de "Capture dead form" (CDF encore et toujours). Le premier cas qu'il a étudié est celui d'une maison à vendre après le décès de sa propriétaire tombée dans les escaliers. Le bien filmé par l'agent immobilier avec un téléphone portable laissait voir deux silhouettes statiques à l'intérieur de cette maison pourtant vide. GussDx débarque avec son matériel sophistiqué et tente à nouveau de rentrer en communication avec l'entité. Mal lui en a pris, à la fin de l'épisode il se fait agresser par un véritable fantôme qui se jette sur lui et le plaque au sol. Ce qui a dû provoquer quelques cris de frayeurs et des évanouissements chez ses fans.
Rien de bien nouveau finalement? Sauf qu'ici, Gusxs s'est lancé dans une fiction, une sorte de court-métrage (d'une durée d'une heure) à louer ou à acheter en streaming.
Il faut admettre que c'est fort bien fait avec un bémol cependant : tous les fans de GussDx n'ont pas compris que c'était une fiction !
Guillaume a peut-être trouvé sa voie : celle de réalisateur de films d'horreur. Il a le talent pour le faire. C'est tout le mal que nous lui souhaitons. Mais il devra se renouveler car il ne fait que se répéter.
Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, le terrain de la chasse aux fantômes et autres esprits démoniaques a été conquis par d'autres groupes utilisant toujours les mêmes techniques assez lassantes pour obtenir un résultat décevant quand ce n'est pas complètement truqué.
Admettons cependant que ces groupes sont parfois de bonne foi mais ont un peu trop tendance à prendre leurs désirs pour des réalités. Quant aux autres, il s'agit de simples escrocs surfant sur des croyances infondées ou la naïveté de milliers de gens.
Certains ont même une fâcheuse tendance à pousser le bouchon un peu trop loin.
Comme ces chasseurs de fantômes du nord de la France qui sont venus en Belgique afin de faire la lumière sur les tueries du Brabant.
Pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit d'une affaire criminelle belge non élucidée s'étant déroulée entre 1982 et 1985. Une bande de malfrats a abattu 28 personnes (dont des femmes et des enfants) dans des cambriolages et des hold-up d'une rare violence. L'enquête se poursuit encore de nos jours.
En 2004,  les enquêteurs ont émis l'hypothèse que les tueurs du Brabant avaient le soir de leur dernière action (un raid contre un supermarché Delhaize à Alost le 9/11/1985 faisant huit morts) enterré un de leur complice touché par la police dans le bois de la Houssière (Braine-le-Comte). Des moyens gigantesques furent engagés pour fouiller à la pelleteuse une partie de ce bois mais sans résultat.
Les chti's traqueurs de fantômes se sont donc rendus sur les lieux afin de rentrer en contact avec le tueur prétendument enterré à cet endroit. Cela se passe en février 2017. L'équipe débarque durant la nuit avec le matériel nécessaire et commence son interrogatoire. On a droit aux poncifs habituels (piles de la caméra qui se déchargent, bruits de pas, orbes,…). Puis via le capteur de voix électroniques (pve), un esprit commence à lâcher quelques mots (moi, seul, oui, méchant…). Deux entités se manifestent même. Peu importe que ces mots soient des interprétations venant d'ondes radios passant par l'appareil. Et puis, les « ghostbusters » français captent le mot "bureau" et font un lien avec les bureaux de postes braqués par les tueurs du Brabant. Sauf que les malfrats en question ne se sont jamais attaqués à ces cibles….
On continue ensuite dans ce galimatias sans intérêt jusqu'au moment où l'esprit du tueur fou daigne donner son prénom : Emile. Un prénom qu'ils relieront ensuite à celui d'Emile Lecerf, un obscur dirigeant de l'extrême-droite en Belgique né en 1921 et qui apparaît dans le tentaculaire dossier d'instruction comme des centaines d'autres. On voit mal pépé Lecerf participer aux tueries du Brabant et surtout, on ne comprend pas très bien pourquoi l'esprit de Lecerf hanterait le bois de la Houssière alors qu'il est mort dans son lit en 1990.
https://www.youtube.com/watch?v=cYfpWt4RVdI

Il faudrait faire comprendre à ces individus que certaines choses ne se font pas. Qu'ils aillent jouer dans des sanatoriums et des châteaux abandonnés, soit. Qu'ils tentent de faire le buzz avec une affaire qui est encore vécue comme une plaie béante en Belgique, c'est franchir la ligne blanche.

Non, les chasseurs de fantômes ne font pas toujours rire ...

M. Leurquin




Copyright © 2011. Comité Para ASBL
mercredi 28 juin 2017 
Auteur : Comité Para / O. Mandler
Contactez l'auteur à :
comite.para@skynet.be