Ressources sceptiques : bibliographie sélective commentée

1...252627282930

VANHERWEGHEM Jean-Louis - De l'usage du placebo dans l'art de guérir

J.-L. Vanherweghem (*) est professeur émérite de néphrologie et d'épistémologie de la médecine à l'université de Bruxelles (dont il fut un temps recteur). Il est membre titulaire de l'Académie Royale de Médecine de Belgique, un titre amplement mérité quand on sait qu'il a mis en évidence que des herbes chinoises (des aristoloches), utilisées pour maigrir, détruisaient complètement les reins.

Il a réalisé notamment la comparaison de l'effet de l'hémodialyse et de pseudohémodialyses chez des patients atteints de schizophrénie, après que des publications américaines, portant sur 92 patients, avaient annoncé une amélioration chez 47% d'entre eux. Sa recherche (menée avec ses collègues P. Linkowski et J. Mendlewicz) a montré que l'effet était observable (42% de patients améliorés !), mais que cet effet, transitoire, était le même avec les deux procédures. L'auteur connaît donc le sujet de son livre pour l'avoir concrètement expérimenté.

L'ouvrage est écrit avec toute la rigueur d'une étude scientifique et dans une langue parfaitement accessible au non-scientifique. Il passe en revue les différentes facettes de la question : l'histoire du concept de « placebo » et de l'élaboration de méthodes propres à évaluer l'effet placebo ; les facteurs de l'intensité de cet effet ; les hypothèses explicatives (notamment le rôle des endorphines) ; l'effet « nocebo » (la sensation d'effets secondaires d'un médicament ou d'un placebo) ; les facteurs éthiques (notamment l'exigence contemporaine du « consentement informé ») ; l'efficacité contestée de pratiques alternatives (souvent baptisées « complémentaires ») comme l'homéopathie et l'acupuncture.

L'étude des effets de médicaments grâce à l'« essai randomisé à double insu » est l'étalon-or de la médecine basée sur des preuves. Elle permet d'établir que des médicaments et des interventions chirurgicales n'ont qu'un effet placebo (c'est par exemple le cas de la glucosamine pour l'arthrose du genou ou de la ligature des artères mammaires pour traiter l'angine de poitrine). Elle permet aussi d'établir que de nouveaux médicaments ont des effets secondaires plus toxiques que d'anciens.

L'auteur fournit de nombreuses références des recherches de haut niveau sur lesquelles il s'appuie et illustre ses développements par des exemples concrets. Il rapporte, entre autres choses, qu'une des toutes premières expériences réalisées « à l'insu de l'intéressé » date du XVIe siècle. Une jeune française semblait possédée par le démon. « Belzébuth » affirmait par sa bouche que les Huguenots étaient ses suppôts. Henri IV, qui venait de promulguer l'Édit de Nantes, a alors mis sur pied une commission composée à la fois de prêtres et de médecins, pour examiner les effets de la présentation alternée d'objets sacrés (par exemple une relique) et profanes (par exemple une pièce métallique banale). Les effets étant identiques, la jeune fille fut considérée comme malade et non plus comme possédée.

Tous les soignants — et pas seulement les médecins — auraient intérêt à connaître le contenu de cet ouvrage qui montre que l'art de guérir ne dépend pas seulement de la capacité d'utiliser des données scientifiques, mais aussi de l'art d'influencer.

Jacques Van Rillaer

(*) J.-L. Vanherweghem a préfacé l'ouvrage de référence du Comité Para : La Science face au défi du paranormal

Bibliographie commentée

Editeur

EME (diffusion : InterCommunications), 85 p., 17€



Copyright © 2011. Comité Para ASBL
vendredi 21 octobre 2016 
Auteur : Comité Para / O. Mandler
Contactez l'auteur à :
comite.para@skynet.be