Le Comité Para ASBL : missions, objectifs et statuts

La devise du Comité

" Ne rien nier a priori, ne rien affirmer sans preuve. "

Dr. Robert RENDU, Une expérience suggestive de radiesthésie, Ed. CAMUS, Lyon 1936

Nos missions et objectifs


Sous la bannière du « scepticisme scientifique », le Comité est reconnu comme le plus ancien groupement de personnes, universitaires ou autodidactes en science, appartenant à différentes disciplines philosophiques et scientifiques, animées d'un même désir de promouvoir la pensée critique et la rigueur scientifique.

De façon générale, le Comité a pour objet de dénoncer toute affirmation non prouvée contraire aux connaissances acquises et reconnues par l'ensemble de la communauté scientifique, quelle que soit la nature de cette affirmation : parascientifique, paranormale, religieuse - comme dans le cas du Créationnisme - ou toute autre. Cette démarche n'est accompagnée d'aucune prise de position spirituelle ou confessionnelle.

Fidèle à son histoire, le Comité garde la volonté de séparer le vrai du faux dans les phénomènes dits paranormaux et présentés au public à grand renfort de publicité, mais le paranormal est « le petit bout de la lorgnette » pour aborder l'importance de l'esprit critique dans nos sociétés.

Ainsi, le Comité exerce son devoir de vigilance envers les pratiques médicales ou paramédicales non conventionnelles, telles l'homéopathie, la phytothérapie, l'acupuncture ou les médecines manuelles (ostéopathie, etc.). En toutes ces matières, le Comité dénonce les exploitations mercantiles et autres abus, tels l'utilisation de la graphologie et de l'astrologie comme moyens de sélection lors d'un recrutement, ainsi que les manquements de certains médias à leur devoir d'information correcte.

Quelques mots sur l'historique du Comité Para

Le Comité est né après la deuxième guerre mondiale face au désarroi de familles recherchant des proches disparus et prêtes à faire confiance à des radiesthésistes, ces personnes prétendant localiser des objets ou des personnes grâce à un pendule ou une baguette. Quelques scientifiques se sont émus des faux espoirs engendrés par l'intervention de charlatans. Le Comité naissait en 1948/1949 de cette indignation. Il allait rapidement comprendre un noyau dur de médecins, d'astronomes, de statisticiens, de psychologues et d'illusionnistes…Plus de quarante-cinq ans après, ce premier combat est revenu sur le devant de la scène, lorsque des radiesthésistes ont proposé leurs services lors de la recherche des petites Julie et Mélissa. A l'époque l'état-major de la gendarmerie avait engagé le dialogue avec le Comité qui l'avait assuré que les expériences scientifiques menées avec des radiesthésistes ne s'étaient jamais révélées concluantes. Une directive ministérielle avait dans la foulée précisé que la piste des voyants est sans issue et que les pseudo-scientifiques sont à l'origine d'une surcharge de travail pour les services de police.

Quelques mots à propos des activités du Comité Para

Il y eut par le passé quelques expériences marquantes. Le Comité a opéré avec des voyants, des spirites, sur plan avec des radiesthésistes. Il a testé les affirmations du psychologue français Michel Gauquelin qui prétendait avoir statistiquement prouvé l'influence des planètes sur les métiers et notamment l'influence de la planète Mars sur les sportifs de haut niveau ; rien dans ce sens n'est sorti de l'étude. Le Comité a testé l'hypothèse du Professeur Rocard, le physicien atomiste français qui expliquait le cas des sourciers par la possibilité pour eux d'être particulièrement réceptifs aux variations des champs magnétiques générés par exemple par les eaux souterraines en mouvement.
Les grands anciens du Comité ont fait de nombreuses conférences à la fois en public mais aussi à la radio et publié de nombreux articles dans la presse.

Ces dernières années, le Comité a participé plusieurs fois à des émissions de télévision consacrées au paranormal ou à certains aspects de celui-ci. Mais le jeu est souvent biaisé parce qu'il est le plus souvent fait appel à des  témoignages auxquels il est malaisé de réagir, les faits présentés  ne pouvant être contrôlés.
Le Comité est interviewé régulièrement par des journalistes pour donner un avis sceptique sur un  sujet paranormal. Il réagit aussi aux émissions de télévision et de radio et aux articles de presse présentant des événements ou des théories douteuses.
Il participe à des séances d'information, des conférences ou des émissions de radio.
Il fournit de la documentation aux étudiants qui le demandent parce qu'ils préparent un travail scolaire ou un mémoire sur un aspect du paranormal.
Il répond aux questions très diverses qui lui sont adressées par courrier, par courriel, par téléphone et qui présentent des faits à caractère apparemment paranormal. Il s'efforce de contrôler les faits présentés en exigeant certaines précisions ; il en fournit dans certains cas une explication possible ou probable ou oriente la personne concernée vers quelqu'un mieux à même de résoudre  le problème posé.
Il intervient plusieurs fois par an dans les établissements scolaires, à la demande, pour présenter des animations visant à développer l'esprit critique des plus jeunes.
Jean Champenois, illusionniste de son état, présente régulièrement de son côté des conférences (avec démonstrations magiques) sur la nature du spiritisme.

Le Comité a publié un ouvrage, La science face au défi du paranormal, qui fait en détail l'historique du Comité et fait le point sceptique dans ses 260 pages sur divers sujets : l'astrologie, la voyance, la numérologie, la télépathie, les ovnis, l'évaluation statistique du paranormal, etc.
Il édite pour ses membres une brochure annuelle Les Nouvelles Sceptiques et diffuse trimestriellement à ceux-ci Le Trait d'Union qui fait le point sur ses activités, présente quelques informations et de brefs  aperçus sur des articles et des livres intéressant notre objet.
Notre combat en faveur de l'esprit critique en général et vis-à-vis des phénomènes prétendus paranormaux est diffusé par un site internet www.comitepara.be.

Enfin, nous ne sommes pas seuls. Le Comité fait partie de l'ECSO www.ecso.org qui regroupe les associations sceptiques européennes et envoie le plus souvent possible un représentant aux séances que celui-ci organise.

Rejoignez notre combat en faveur de l'esprit critique !

Beaucoup de nos membres vieillissent et une relève substantielle tarde. En particulier nous manquons de relais universitaires. D'autre part, soulignons que nous ne bénéficions d'aucun subside : nous vivons sur les cotisations de nos membres ainsi que sur de rares dons et exceptionnellement des legs.

Malgré cela nous gardons le moral car nous estimons notre tâche indispensable en ce temps où les dérives de l'irrationnel polluent trop souvent l'univers médiatique, notamment.

Ce que prévoient nos statuts

  • Numéro d'entreprise : 409 264 378 (Ancien numéro d'identification: 1454/49)
  • Statuts coordonnés, adoptés en Assemblée Générale du 20 mars 2014, publiés dans les Annexes au Moniteur belge du 27 juillet 2014, remplaçant ceux publiés dans les Annexes au Moniteur belge des 4 juin 1949, 7 juillet 1977, 5 juillet 1979, 30 mars 1989, 8 juillet 1993, 14 février 2005, 7 février 2006 et 27 mars 2008.
Statuts.pdf


Copyright © 2011. Comité Para ASBL
mercredi 28 juin 2017 
Auteur : Comité Para / O. Mandler
Contactez l'auteur à :
comite.para@skynet.be